Crédit photo: @Mooncatcher

 

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du dernier roman de Daniel Cole, L’appât – que j’ai lu durant mes vacances d’été.

L’appât, Daniel Cole. Éditions Robert Laffont (La bête noire), 496p.

Ma note: 4/5

Résumé:

Entre les impressionnants piliers de granite du pont de Brooklyn, un réseau de filins d’acier quadrille l’espace. Tel un insecte pris au piège, le corps brisé de William Fawkes éclipse les premiers rayons du soleil. Un mot est gravé sur son torse mutilé: APPÂT.

Cette sinistre mise en scène n’est que la première d’une longue série. Tandis que les meurtres se succèdent de chaque côté de l’Atlantique, Emily Baxter, nouvellement promue inspecteur principal, et deux agents spéciaux américains vont devoir collaborer afin d’identifier l’architecte de cette toile diabolique…

Mon avis:

J’ai bien aimé retrouver l’inspecteur Baxter pour cette nouvelle enquête. Une nouvelle enquête encore plus incroyable que Ragdoll. Dans ce roman, Daniel Cole tisse doucement la toile dans laquelle le lecteur finira par se retrouver piégé, bien loin d’imaginer l’horrible vérité qui se cache derrière ces meurtres atroces.

Ce qui me plait dans les romans de Daniel Cole, ce sont surtout ces personnages torturés, qu’ils soient bons ou méchants. Cole se sert de la nature humaine pour aller le plus loin possible dans les recoins sombres de l’existence et de ce que l’Etre Humain est capable de faire lorsque celui-ci se sent trahi, en danger, brimé, etc…

Pour résumer, il s’agit d’une lecture facile qui vous happera et vous laissera bouche-bée lors du point final.

Le petit moins: l’histoire est presque trop incroyable pour être réaliste et m’a donc laissé un petit goût de déception en bouche.

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé?

%d blogueurs aiment cette page :