No Home

Crédit photo @Mooncatchereads

No Home, Yaa Gyasi, Editions Calmann-Lévy.

Résumé:

Effia et Esi naissent de la même mère, dans deux villages rivaux du Ghana. La sublime Effi a est mariée de force a un Anglais, le capitaine du Fort de Cape Coast. Leur chambre surplombe les cachots ou sont enfermés les captifs qui deviendront esclaves une fois l’océan traversé. Effi ignore que sa soeur Esi y est emprisonnée, avant d’être expédiée en Amérique où, des champs de coton jusqu’à Harlem, ses enfants et petits- enfants seront inlassablement jugés pour la couleur de leur peau. La descendance d’Effia, métissée et éduquée, connait une autre forme de souffrance: perpétuer, sur place, le commerce triangulaire familial puis survivre dans un pays meurtri pour des générations.

Mon avis: 

Ce livre est un véritable coup de coeur pour moi. J’ai attendu longtemps avant de le lire, parce que c’est le genre de roman que je me dois de lire lorsque le moment s’y prête, sinon, je passe à côté de plein de choses, de petits détails (Attention, je ne dis pas que rien ne m’a échappé dans ce livre, hein!) qui peuvent être importants pour la compréhension du roman.

Le roman de Yaa Gyasi est une pépite. Et lorsque l’on sait qu’elle n’a que 27 ans et que c’est son premier roman, je trouve cela encore plus impressionnant. Il ne s’agit pas, dans ce livre, de suivre les mêmes personnages, dans un espace temps bien défini ; dans ce roman, l’auteure parle de tout un peuple, de toute une communauté, séparée par la traite négrière et l’esclavagisme. Yaa Gyasi y parle de mémoire collective, du choc des cultures, de descendance et d’appropriation de son passé. Par beaucoup de côtés, sa plume et son histoire m’ont rappelé Toni Morrison, une de mes auteures favorites.

Ce roman n’est pas un roman comme les autres, si vous avez envie d’action et de rebondissements, passez votre chemin. Dans ces pages se cache les vies de plusieurs générations, incroyables, mais tellement normale. A l’intérieur de ces pages, c’est la vie, la culture du peuple noir qui se lit. C’est une réussite, un livre que tout le monde devrait lire.

Ma note: 5/5

%d blogueurs aiment cette page :