Aujourd’hui, je vous présente un projet que je viens de débuter sur Instagram, il s’agit de #LumièreSur…, une nouvelle rubrique dans laquelle je souhaite vous présenter des romans lus, parfois il y a longtemps, d’autres fois très récemment, qui ne sont pas, ou peu, présents dans la communauté Bookstagram. Evidemment, n’hésitez pas à me faire part de vos découvertes!

 

« Alabama Song », Gilles Leroy. Editions Mercure de France (Gallimard) Août 2007, 190 pages.

Cette autobiographie fictive de Zelda Sayre, plus connue sous le nom de Zelda Fitzgerald, retrace la vie d’une femme qui n’aura de cesse de se battre pour sa liberté et la reconnaissance de son travail d’écriture.

Alabama Song

Crédit Photo: @Mooncatchereads

Zelda et Francis, Francis & Zelda. Couple mythique des années 20, icônes et symboles de leur génération. Ils s’aiment comme ils se détestent, se trahissent comme ils se jalousent. Dans cette biographie romancée, Gilles Leroy revient sur ces « enfants terribles » du début des années 1900.

On commence le livre comme on ouvre un journal intime. Gilles Leroy a décidé de rédiger cette biographie à la première personne du singulier, comme pour donner plus de poids à Zelda, à « la femme de Fitzgerald ». Tout d’abord on lit la vie de couple, l’amour, les coups de gueule, la jalousie… Puis F. Scott Fitzgerald publie son premier roman, L’envers du Paradis (« This side of Paradise »), qui est un succès. Le couple devient alors un duo mythique des années 20, incarnant à perfection, pour la presse américaine, les années folles et l’ère du jazz.

Seulement, au-delà de tout le faste, il y a la réalité de Zelda qui doit vivre avec un Fitzegarld alcoolique. Et puis son instabilité psychique, qui la pousse à être hospitalisée dans un sonatorium dès 1930. La première hospitalisation d’une longue liste lors de laquelle on lui diagnostiquera une schizophrénie. Zelda écrit souvent dans un journal intime, et publiera même un roman autobiographique, Accordez-moi cette valse, écrit lors d’une de ses hospitalisations.

 

Dans cette biographie romancée, Gilles Leroy amène le lecteur à vivre au travers des yeux de Zelda, femme aimante et aimé, mais dont le mari n’hésitera pas à voler quelques-unes de ses nouvelles et à les publier en son propre nom. (Typique, non?)

Au fil des pages, une question subsiste: quelle est la part de fiction dans cette biographie?

 

Ma note: 18/20
%d blogueurs aiment cette page :