Neige de mai, Paul Rénier. Éditions Sur le Fil, 30 janvier 2019, 267 pages

C’est un roman d’amour. D’habitude, je ne suis pas friande de ce genre, ça m’ennuie vite ! Mais là, mais là, … mais quel roman !

Processed with VSCO with a5 preset

Crédit photo: @lecoindesmots

Paul Renier manie les mots tel un dramaturge. Leur place est pensée, les accessoires sont là, présents, mais sans étouffer l’essence de ce qui se joue dans la relation entre Estelle et Adrien.

Les mots de l’auteur donnent naissance, épousent et rendent hommage à ce couple, qui affronte, tant bien que mal, l’horreur de la maladie mentale, de l’hospitalisation – parfois contrainte -, des traitements et de ce tout ce qu’ils engendrent sur un corps déjà épuisé, sur une âme déjà brisée.

Parfois, l’écriture est douloureuse, à l’image des émotions des protagonistes. Ils s’aiment. Inconditionnellement. Mais est-ce toujours suffisant ? L’amour peut-il tout vaincre ?

Au travers de ce récit, des mots d’Adrien, c’est l’essence même du sentiment amoureux que Paul Renier explore. La magie de la rencontre, les premières disputes, les retrouvailles, les doutes. Et cette question, à mon sens centrale dans ce roman : Peut-on supporter l’insupportable, par amour ? L’amour peut-il résister à la vague dévastatrice que la maladie psychiatrique répand sur son passage ?

Le sujet est poignant, parfois douloureux. Mais les mots forment un nuage de coton autour d’Estelle et d’Adrien, comme l’écrin de leur amour, fragile et d’une beauté insaisissable, presque indicible.

Pour finir, j’ai trouvé le sujet de la maladie mentale et ses conséquences sur les proches, fort bien amené. J’ai particulièrement aimé la façon dont l’auteur amenait le sujet de l’épuisement physique et psychologique des proches, face à la maladie. Paul Renier décrit la fatigue, le sentiment d’impuissance, le besoin de se battre corps et âme pour l’autre … et l’envie de tout envoyer valser, de tout lâcher. Parce que c’est trop. Parce qu’on ne sait plus quoi faire, plus quoi dire. La colère qui arrive quand, justement, l’amour ne suffit peut-être plus.

Paul Renier est dramaturge et je trouve que cela se retrouve dans son écriture, dans sa façon de décrire les endroits, les événements… j’ai beaucoup aimé son style littéraire.

Ce roman est un petit bijou littéraire et poétique à souhait. Il mérite d’être mille fois plus représenté sur Instagram. Il mérite de nombreux lecteurs. Je ne peux que vous encourager à le découvrir.

Merci, Paul Renier pour ce beau moment de littérature.

%d blogueurs aiment cette page :