Les dieux de Howl Mountain,Taylor Brown. Editions Albin Michel, collection Terres d’Amérique. 2 mai 2019, 307 pages.

Rory Docherty tente tant bien que mal de retrouver un équilibre de vie depuis son retour de la guerre de Corée. Là-bas, il a perdu une jambe … mais les dégâts psychiques, eux, sont nombreux. Rory dort mal, hanté par des cauchemars plus horribles les uns que les autres. Des cauchemars du temps de la guerre, mais pas que. 

Processed with VSCO with a5 preset

Crédit photo: @lecoindesmots

Avant qu’il ne vienne au monde, sa mère, victime d’une agression, perd pied et arrache l’œil de l’un de ses agresseurs.

Elle sera retrouvée quelques heures plus tard, muette. Elle est internée en hôpital psychiatrique, où elle donne naissance à Rory. il n’a donc jamais, ne serait-ce que, entendu le son de la voix de sa mère. Traumatisme supplémentaire dans la vie de ce vétéran qui n’a, depuis son retour, de cesse de chercher l’homme à l’origine de la décompensation psychiatrique de sa mère.

Nous sommes au début des années cinquante, en Caroline du Nord. Rory partage sa vie entre Ma, sa grand-mère, les courses de voitures illégales et les sorties nocturnes pour contourner la prohibition. Il vend à tout va puisque son patron a le monopole dans les alentours. Mais c’est sans compter sur les agents fédéraux, bien décidés à mettre fin à cet incessant trafic.

C’est toute une époque que Taylor Brown fait renaître sous sa magnifique plume. Je salue d’ailleurs l’excellent travail de traduction de Laurent Boscq!

Un seul petit bémol, qui n’engage que moi: j’ai parfois trouvé quelques longueurs dans ce roman qui m’ont un peu coupée dans mon élan de lecture. Néanmoins, rétrospectivement, cela n’entache en rien la grande qualité de ce roman.

En bref : Taylor Brown signe un magnifique roman sur les Etats-Unis de la prohibition, l’importance de savoir d’où l’on vient et les conséquences psychologiques de la guerre sur les vétérans. Ne passez pas à côté!

 

 

%d blogueurs aiment cette page :