Amour entre adultes, Anna Ekberg. Éditions du Cherche-Midi, 2 mai 2019, 379 pages.

Un thriller psychologique étonnant et captivant.

C’est une histoire de point de vue, de jeux de miroirs et de regard. Et de là, découle une histoire d’interprétation, d’égo, de manipulation, de chantage et de désolation.

Processed with VSCO with a5 preset Crédit photo: @Lecoindesmots

 

C’est l’histoire d’un couple, qui va aller loin, très loin. Pas l’un pour l’autre, non. Mais pour sois-même. Pour garder la face auprès des autres, se montrer sous un beau jour, sous son meilleur profil. Être en mesure de garder la tête haute. « Amour entre adultes », c’est ça. Une histoire d’égo et de toute l’implacable psychologie qui se met en place derrière. La jalousie, la haine, la honte, la colère, l’envie, l’amour, le dégoût, … et tant d’autres. Garder son statut social, coûte que coûte, pour ne pas perdre de son aura. C’est l’histoire d’un couple et de leur déchirure.

Après tout, qui a envie d’être humilié en public ?

Christian a peur pour sa carrière, tout semble lui échapper. Sa femme – est-ce vraiment elle, il ne la reconnaît même plus – va détruire sa vie. Leonora. Ils se sont aimés, pourtant. Pendant de longues années. Mais parfois, le temps use l’amour, le rend insipide.
Leonora, elle non plus, ne ressent plus vraiment grand chose, face à Christian. Mais elle a délaissé sa carrière pour son fils, leur fils. Elle a toujours été présente pour son mari. Et maintenant, quoi ? Elle devrait accepter ? Accepter de tout perdre ? Pas seulement son mari, non. Mais perdre sa dignité. Tout comme Christian ne souhaite pas entacher la sienne.

La méfiance s’installe alors entre eux deux. Menant cette guerre à son paroxysme lorsque Christian s’apprête à renverser Leonora.

Avec son deuxième roman, Anna Ekberg emporte le lecteur au travers d’une apnée dans la psychologie des personnages. Elle explore les tréfonds de l’âme humaine, les blessures qui se forment et jusqu’où l’être humain est prêt à aller pour conserver sa dignité et assouvir son besoin de vengeance.

D’ailleurs, Amour entre adultes m’a rappelé le film « La guerre des Rose », qui relate la déchirure d’un couple, jusqu’à son inexorable paroxysme.

Ce nouveau roman confirme mon sentiment lors de la lecture de son premier roman (« La femme secrète », 2017) : Anna Ekberg n’a pas fini de nous éblouir et son talent de s’épanouir. Vivement le prochain !

%d blogueurs aiment cette page :