Sale gosse, Mathieu Palain. Éditions L’Iconoclaste. 352 pages. En librairie le 21 août 2019.

Mathieu Palain a trente ans et Sale gosse est son premier roman. Une histoire réaliste, percutante et d’une grande humanité.

Processed with VSCO with a5 preset

Crédit photo: @Lecoindesmots

Bienvenue à la PJJ, la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Commencer « Sale Gosse », c’est faire une immersion dans un monde parallèle, qui existe juste sous nos yeux, mais qui, pourtant, nous est hors d’atteinte.

« Sale gosse » n’est pas un roman, mais plutôt un documentaire romancé. On y découvre la jeunesse volée, par des parents absents. Ils ne sont pas forcément mauvais, ils sont simplement dépassés. Dépassés par les événements, par un quotidien qui les emporte à contre-courant, toujours plus loin. Et l’enfant est délaissé. Mis de côté. La situation est signalée, le juge place les enfants. Et voilà.

Mais que se passe-t-il après ? Pour cet enfant placé ? Sans repère, sans famille, sans toit à soi. Comment se construire ? Comment penser qu’on n’est pas un moins que rien ? Comment ne pas se rebeller contre la société ? Ne pas être dévoré par la colère ?

Wilfried, lui, est enlevé très jeune à sa mère. Il est accueilli par une famille aimante, qui ne souhaite que son bonheur. Et puis, un jour, Wilfried, qui ne jure que par le foot et rêve d’être la prochaine star du ballon, dérape. C’est la goutte qui fait déborder le vase. Et il dérape. Frappe. Alors le couperet tombe : exclusion. Fini les rêves. Cassés, piétinés. Wilfried est de retour dans sa famille d’accueil et puis, l’engrenage se met en route. Il finit par se retrouver au point de départ.

Lors de son retour auprès des éducateurs, il trouve du soutien auprès de Nina. Ensemble, ils vont apprendre à se connaître et à évoluer. D’abord en sortant les griffes, en se cherchant ; puis en construisant une relation, certes fragile, mais fondée sur une confiance et un respect mutuel. Ils s’apprivoisent.

Avec « Sale gosse », Mathieu Palain rend hommage à ces personnes qui, au quotidien, se battent pour sortir ces gamins d’un cercle vicieux qui les empêche d’avancer, leur redonner confiance, en les autres, mais surtout en eux-mêmes.

La plume de Mathieu Palain est très moderne, d’un réalisme saisissant. Certains passages sont plein d’humour, de sincérité et d’humanité.

C’est une très belle découverte pour moi et une lecture que je vous conseille ! Sans être triste, ni tomber dans le pathos, Mathieu Palain arrive à traiter d’un sujet de société avec beaucoup de subtilités. (Pour rappel : disponible le 21 août en librairie)

%d blogueurs aiment cette page :