Une bête au Paradis, Cécile Coulon. Éditions L’Iconoclaste, 21 août 2019, 352 pages.

C’était ma première rencontre avec Cécile Coulon. Une jeune autrice de vingt-neuf ans qui a déjà … six livres à son actif !

Processed with VSCO with a5 preset

Tout ça, finalement, c’est à cause de l’accident de voiture. Les traces laissées derrière lui ne s’effaceront jamais tout à fait. Telles des cicatrices. Les cicatrices de la vie.

L’accident. Celui qui aura laissé Blanche et Gabriel orphelins. Émilienne, leur grand-mère, les élève donc seule, dans sa ferme : Le Paradis. Alors que Gabriel s’enferme dans sa coquille, sa sœur – Blanche – évolue tel un poisson dans l’eau au Paradis. Adolescente, elle rencontre Alexandre. Ils s’aiment. D’un amour puissant, rayonnant, comme tout premier amour. Plein de promesse et d’espoir. De rêves et de projets de vie.

Néanmoins, malgré tout l’amour qu’Alexandre semble porter à Blanche, c’est sa carrière, son avenir, qu’il choisi. Il part. Il s’en va et il laisse Blanche, seule et désemparée. Juliette sans Roméo… Et l’être aimé ne laisse que des souvenirs.

Blanche, elle, ne peut imaginer sa vie loin du Paradis. La terre, les bêtes. Ses terres, ses bêtes. Elle y tient trop. Elle est protégée. Un cocon au Paradis.

Quelques années plus tard, Alexandre « revient au village ». Et ce sont toutes les vies de Blanche, Gabriel et Émilienne qui s’en retrouvent changées à jamais. Parfois, l’équilibre familial ne tient qu’à un fil.

« Une bête au Paradis », c’est une histoire d’amour, sous toutes ses formes. Une histoire d’attachement à l’autre, à nos terres, notre passé, nos repères. Ça parle d’amour et d’attachement.

J’ai particulièrement aimé le dénouement, lourd de sens et très symbolique.

J’ai passé un bon moment en compagnie du dernier roman de Cécile Coulon. Néanmoins, à mon sens, ce roman souffre de quelques répétitions inutiles qui, finalement, portent préjudice à l’histoire.

En bref : Une première rencontre sympathique avec la plume de Cécile Coulon, avec une « mention spéciale » pour le dénouement. Même si cette lecture ne me laissera pas un souvenir impérissable, j’ai tout de même passé un agréable moment.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :