Les ballerines vertes, Solveig Vialle. Éditions Léo Scheer, janvier 2020, 228 pages

 

Elle était jeune, Rose, lorsqu’elle et Pierre se sont dit oui. Trop jeune, peut-être. Désormais, son quotidien l’ennuie. Celui-là même qui lui faisait les yeux doux quelques années auparavant. Tout ce faste, toutes ces paillettes… finalement, Rose n’a-t-elle pas commencer à se perdre elle-même le jour même de son mariage ?

Elle, si pleine de vie, de fougue, d’amour. Que reste-t-il de Rose avant Pierre ? Se souvient-elle seulement d’avoir été cette personne ? Celle qui aimait danser, croquer la vie à pleine dent. Celle qui avait soif de liberté. Elle ne se reconnaît plus aujourd’hui.

Pierre. Elle a tant accepté pour lui. Pour lui. Quitte à s’oublier. S’oublier elle. 

Trois mois. C’est le temps qu’elle va s’accorder pour remettre ses idées en place. Pour faire le point. Alors, elle part. Elle part retrouver son premier amour: la samba. Direction le Brésil. Direction la liberté. Chaperonnée par Stan, le secrétaire de Pierre. Qu’elle s’en veut d’avoir accepté cette stupide condition. Pour Pierre. À nouveau. Pour lui. Seulement lui.

À Rio, Rose va enfin pouvoir prendre son envol et découvrir une vie intérieure insoupçonnée jusqu’alors.

À Rio, Rose va enfin s’ouvrir. Aux autres, d’abord. À la vie, ensuite. Et, enfin, à elle-même. La fleur peut enfin éclore et laisser entrevoir toute la beauté et les fragrances de ses pétales.

Un très beau roman que je vous recommande fortement.

%d blogueurs aiment cette page :