Roissy, Tiffany Tavernier. Éditions Points, août 2019, 240 pages.

 

J’ai longtemps hésité à vous parler de ce roman… pour la simple raison que je ne sais quoi en dire.

J’ai aimé, assez. Et néanmoins, je suis restée très en retrait, presque hermétique face aux errances et déambulations sans fin de cette femme amnésique.

Et, à son image, j’ai eu, moi aussi, l’impression d’errer dans ces terminaux de Roissy-Charles de Gaulle. J’ai erré entre les pages de ce roman, cherchant un sens à tout cela. Une signification.

Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, vraiment. J’ai été portée, parfois, par le style de la narratrice et les rencontres un peu loufoques. Au pu ressentir un peu d’appréhension face à la possibilité que cette femme se fasse démasquer : ni tout à fait voyageuse, ni tout à fait sans domicile – on ose l’espérer. Tout ça, c’est à l’amnésie que c’est dû.

Retrouvera-t-elle son chemin ? Et finalement, est-ce là le plus important ?

Non, vraiment, je ne sais pas quoi penser de ce roman.

S'abonner au blog

Compte Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :