Que faites-vous de vos morts ?, Sophie Calle. Éditions Actes Sud, janvier 2019, 264 pages.

Pendant longtemps, je l’ai cherchée. La mort. Elle rôdait autour de moi. Je l’ai touchée du doigt. Je la voulais. Tellement. Incommensurablement. Je ne pensais plus qu’à ça.

Parfois, je me dis que c’est peut-être pour cette raison qu’aujourd’hui, j’ai un rapport si serein à la mort. Elle fait partie de la vie. Elle lui donne même son sens.

Sans mort, il n’y a pas de vie. Sans vie, il n’y a pas de mort.

Lors d’une exposition, Sophie Calle pose cette question dans son livre d’or: « que faites-vous de vos morts? ». Certaines réponses sont pleines d’humour, d’autres emplies d’une profonde humanité. Quelques-unes transpirent la dépression, ou l’amour de la vie. Mais toutes, toutes, sont, à leurs façons, poétiques et merveilleuses.

J’avais 10 ans quand j’ai perdu mes grands-parents maternels. J’ai enterré ma grand-mère le 9 août 1999… le 11, je fêtais mes 11 ans.

Pendant longtemps, ils m’ont accompagnée. Je leur parlais, le soir, dans mon lit. Michette et Jeantou étaient avec moi. Je regardais les étoiles, toujours celles à ma gauche. Ils étaient là.

La mort de ces deux êtres si chers à mon cœur, à deux mois d’intervalle, est l’un de mes plus grands traumatismes. Ce le sera à vie. Parce qu’on ne peut pas faire, complètement, le deuil de la mort d’un être aimé.

Les premières fois que je suis allée au cimetière, je me suis assise à côté de leur tombe et je leur ai parlé. J’avais commencé le collège et j’avais plein de choses à leur raconter.

Aujourd’hui, je pense à eux chaque jour. Pourtant, j’ai passé plus de la moitié de ma vie sans eux.

 C’est peut-être ça, que je fais, de mes morts. Les garder près de moi, toujours.

Ce livre est une ode à la vie. À la vie et à la mort. Les témoignages, entrecoupés de photos de pierres tombales récoltées lors de voyages, donnent une dimension universelle aux écrits de ces inconnus.

On y retrouve la colère, la joie, les regrets, les pleurs, les fous rire… c’est une palette d’émotions. Riche et colorée.

Ce livre est une pépite.

Et vous, que faites-vous de vos morts ?

Résumé éditeur

Dans son exposition intitulée “Beau doublé, Monsieur le Marquis” au musée de la Chasse et de la Nature en 2017, Sophie Calle, qui continue de nourrir son œuvre des événements de sa vie intime, et qui, en guise d’introduction, y parlait de la mort récente de son père, a invité les visiteurs à s’interroger sur celle de leurs proches par des questions concrètes. Dans votre agenda, vous écrivez “mort” à côté du nom ? Vous raturez ? Vous ne faites rien ? Vous avez une méthode personnelle ? Supprimez-vous le numéro de téléphone du défunt ? Dans ce livre intitulé Que faites-vous de vos morts ?, des photographies prises par l’artiste à travers le monde dans des cimetières accompagnent une sélection de messages laissés par les visiteurs pendant la durée de l’exposition.

Dans votre agenda, vous écrivez “mort” à côté du nom ?
Vous dessinez une croix, une tombe ?
Vous ajoutez la date du décès ?
Vous raturez ?
Vous ne faites rien ?
Vous avez une méthode personnelle ?
Dans un carnet d’adresses électronique, vous effacez le nom ?
Vous l’effacez tout de suite ?
Vous l’effacez quand vous ne pensez plus au mort ?
Quand vous y pensez trop ?
Vous effacez un ami lointain mais vous n’effacez pas votre mère ?
Que ressentez-vous quand vous cochez la case :
Supprimer le contact ?

Extraits

« C’est fou ce que je m’entends bien avec ma mère depuis qu’elle est morte : on ne s’engueule plus. »

•••

« Le numéro, je le sais par cœur, je ne peux pas l’effacer… »

Retrouvez-moi sur les réseaux

S'abonner au blog

Compte Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :