Les cicatrices, Claire Favan. Éditions Harper Collins, mars 2020, 368 pages.

Owen Maker vit dans l’état de Washington. Cependant, s’il aspire à une certaine tranquillité, sa vie quotidienne est un réel enfer. Harcelé par son ex-femme, il est également l’employé de son beau-père. Et ce dernier, secondé par sa femme, ne manque pas de lui exprimer son immense déception quant à cette rupture. Pourtant, sa vie commence à s’éclaircir après sa rencontre avec une jeune flic. Ils filent le parfait amour … jusqu’au jour où l’ADN d’Owen est retrouvé sur une scène de crime.

Voilà, Claire Favan frappe à nouveau. Et comme à chaque fois, je suis bluffée par son talent de mise en scène, sa capacité à créer des atmosphères, des personnages et des récits incroyables. À nouveau, l’auteure brouille les pistes, floute les limites, met mal à l’aise et se joue d’égarer ses lecteurs. Pour mon plus grand bonheur.

La psychologie des personnages est fouillée et fait sens. Ils prennent vie, sous les lignes du récit. Un bon polar, si vous me demandez, c’est une bonne intrigue, certes. Mais ce sont aussi – surtout ? – des personnages profonds, creusés, étudiés. Des personnages qui donnent une dimension supplémentaire au récit.

Claire Favan nous offre ce genre de polar. C’est un roman haletant, sans répit, avec pour ligne conductrice les origines du mal.

Ce livre aborde avec brio des questions – à mon sens – aussi passionnantes que sans fin : naît-on psychopathe, ou le devient-on ? « Le mal » est-il une affaire d’éducation ? Peut-on être conditionné à « aimer tuer » ?

 

Pas de doute, la plus machiavélique des auteurs, c’est certainement Claire Favan.

Un thriller que je vous recommande mille fois et qui vous déstabilisera, à coup sûr !

Résumé éditeur

Centralia, État de Washington. La vie d’Owen Maker est une pénitence. Pour s’acheter la paix, il a renoncé à toute tentative de rébellion.
En attendant le moment où il pourra se réinventer, cet homme pour ainsi dire ordinaire partage avec son ancienne compagne une maison divisée en deux. Il est l’ex patient, le gendre idéal, le vendeur préféré de son beau-père qui lui a créé un poste sur mesure. Un type docile. Enfin, presque. Car, si Owen a renoncé à toute vie sociale, il résiste sur un point : ni le chantage au suicide de Sally ni les scènes qu’elle lui inflige quotidiennement et qui le désignent comme bourreau aux yeux des autres ne le feront revenir sur sa décision de se séparer d’elle.
Mais, alors qu’une éclaircie venait d’illuminer son existence, Owen est vite ramené à sa juste place. Son ADN a été prélevé sur la scène de crime d’un tueur qui sévit en toute impunité dans la région, et ce depuis des années. La police et le FBI sont sur son dos. L’enfer qu’était son quotidien n’est rien à côté de la tempête qu’il s’apprête à affronter.

Extraits & Citations

« Cette arrestation n’est qu’une putain de goutte d’eau dans l’océan de sa vie de merde, mais quelle goutte ! Celle qui lui donne envie de hurler, de se cogner la tête contre les murs jusqu’à oublier qui il est encore une fois…
Est-ce qu’un mec lambda comme lui, un loser au passé déjà jonché de malheurs, peut vraiment être accusé des crimes d’un autre sans que personne ne s’interpose ? »

•••

« Tout comme le chanteur, Owen aimerait savoir comment exister dans ce monde, comment inspirer sans avoir mal et croire en quelque chose. Que ce soit en Jenna et lui ou en n’importe quoi d’autre. Là, il ne s’est jamais senti aussi seul et désemparé. »

Retrouvez-moi sur les réseaux
%d blogueurs aiment cette page :