Liberté, égalité, survie, Isabelle Rome. Éditions Stock, mai 2020, 180 pages.

Isabelle Rome est magistrate. Elle en a vu passer, dans son tribunal, des hommes violents, des maris qui frappent, des conjoints qui humilient, des concubins qui tuent. Elle a aussi vu passer leurs victimes.

 

Ces femmes, traumatisées. Celles qui ne pensent pas valoir mieux. Celles qui pensent que – quelque part – elles méritent cette situation. Celles qui essayent de partir. Celles qui y retournent, parce qu’elles ne sont pas prêtes.

Mais celles qu’Isabelle Rome ne rencontrera jamais, ce sont toutes ces femmes mortes sous les coups de leur conjoint. Tabassées à mort.

 

Véritable essai sur les violences conjugales, Isabelle Rome donne également au lecteur de nombreuses pistes de réflexions, afin d’élever le débat et faire avancer les choses.

Faire avancer les choses, parce que, les violences conjugales ne sont pas une fatalité. Mais plutôt les conséquences sociétales d’une domination masculine qui fait encore norme dans notre société.

 

Les mots de l’auteure sont bruts, sans concession. Mais avec toute la rigueur et l’impartialité qu’un juge d’instruction se doit d’avoir.

Cet ouvrage est brillant, intense et intelligent. Et il est à lire absolument !

Résumé éditeur

Isabelle Rome est une femme comme on en croise rarement dans sa vie : une détermination, une intelligence des situations, un courage à toute épreuve, elle porte un regard lucide sur une situation tragique, qui est celle de bien des femmes en France aujourd’hui, mais également déterminé sur les solutions possibles à mettre en place.

Très engagée dans la lutte conte les féminicides, qui provoquent en moyenne 130 morts par an en France, elle tient dans ces pages personnelles à ouvrir le dialogue sur les secours concrets que l’on peut apporter.

Son livre nous fait d’abord prendre conscience de la violence des situations dont elle témoin et contre laquelle elle lutte ; puis tend la main vers l’avenir. Un débat brûlant.

Extraits

« Selon la Banque mondiale, le risque de violence conjugale et de viol est plus fort pour les femmes de 15 à 44 ans que le risque de cancer, d’accidents de la route, de guerre et du paludisme  réunis. »

•••

« En huit ans en France, les violences conjugales ont causé la mort de plus de 1 100 femmes. En dix-huit ans, entre 2000 et 2018, le terrorisme a tué, sur notre sol, 263 personnes. »

Retrouvez-moi sur les réseaux

S'abonner au blog

Compte Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :