Vík, Ragnar Jonasson. Éditions de La Martinière, octobre 2019, 304 pages.

“Vík”, la baie, en islandais. Un titre bien à propos, c’est certain. À nouveau, Ragnar Jónasson nous emmène au fin fond de l’Islande, en plein cœur d’une nature aussi sublime que dangereuse.

Comme à son habitude, l’auteur mêle habilement enquête policière et « nature writing ». La description des paysages conditionnant l’atmosphère de ses romans.

 

Avec ce nouvel opus de la série Ari Thór, Ragnar Jónasson se frotte aux relations humaines et aux non-dits. Aux conséquences que peuvent engendrer les silences.

Ásta n’était pas revenue dans son village natal depuis des décennies. Alors pourquoi y retourner pour s’y suicider ? Est-ce un accident ? Un acte malveillant ?

Une fois encore, Ari Thór ne compte pas s’arrêter avant d’avoir de réelles certitudes… d’autant plus que son instinct de flic lui dit qu’il y a anguille sous roche : À Kálfshamarsvik, la poignée d’habitants semble évoluer en autarcie, loin du monde qui l’entoure et voient d’un mauvais œil le retour d’Ásta, ainsi que la venue de quelques limiers, sur leurs terres sacrées.

 

Mais à trop vivre dans l’entre-soi, l’humain se fourvoie, fait des concessions impossibles à pardonner… et vient un moment où il faut payer pour les crimes passés.

 

À l’image des « Dix petits nègres », d’Agatha Christie, Ragnar Jónasson signe un polar tout en finesse, dans lequel les morts s’accumulent dans un espace confiné au grand air.

Et il n’en resta plus que quatre…

Résumé éditeur

Après des années, Ásta revient dans son village, à l’extrême nord de l’Islande. Là-bas, le temps semble avoir tout figé : le phare comme la maison qui surplombe la baie. Les rares habitants ne voient pas tous d’un bon œil ce retour. Quelques jours avant Noël, le corps d’Ásta est retrouvé sans vie au pied de la falaise. L’inspecteur Ari Thór est dépêché sur place. Un huis clos au grand air. Glaçant.

Né à Reykjavík en 1976, Ragnar Jónasson a traduit Agatha Christie en islandais, avant d’écrire ses propres romans. Vík est le cinquième des  » Enquêtes de Siglufjördur « , composé de Snjór, Mörk, Nátt et Sótt. En quatre ans, Ragnar Jónasson s’est hissé au rang des meilleurs auteurs de best-sellers internationaux. Tous ses titres, dont La Dame de Reykjavík, sont disponibles en Points.

Traduit par Ombeline Marchon.

Extrait

« Elle recevrait d’Oskar un cadeau de Noël : un livre comme d’habitude. Ils respectaient tous les deux cette vieille tradition islandaise d’échanger des livres à Noël. Elle avait choisi pour lui une biographie, qu’elle avait emballée dans un papier cadeau rouge vif entouré d’un ruban. »

Retrouvez-moi sur les réseaux
%d blogueurs aiment cette page :