Il était deux fois, Franck Thilliez. Fleuve Éditions, Collection Fleuve Noir. Juin 2020, 528 pages.

En 2018, Franck Thilliez publiait un chef-d’œuvre – Oui, n’ayons pas peur des mots ! – avec « Le manuscrit inachevé » … et force est de constater que ce susdit manuscrit n’avait pas révéler tous ses secrets, loin de là.

Bienvenue, donc, à Sagas, petite ville au cœur des montagnes. Là, en 2008, Julie, 17 ans, disparaît sans laisser aucune trace. Son père, Gabriel Moscato, lieutenant de gendarmerie la cherche sans relâche. Quelques mois plus tard, toujours à la recherche de preuves, il va à l’hôtel La Falaise. Exténué, il s’endort… lorsqu’il rouvre les yeux, il n’est plus dans la même chambre et apprend que nous sommes désormais en 2020… La mémoire, Gabriel devra la reconquérir. Mais pour le moment, ce sont surtout douze années de recherches acharnées pour retrouver sa fille qui se sont échappées de sa mémoire. Et Gabriel reprend donc son enquête là où il l’avait laissée, en 2018.

Grâce aux connaissances pointues de l’auteur sur le fonctionnement du cerveau et plus particulièrement de la mémoire, Franck Thilliez donne vie et épaisseur à ce flic qui aura tout laissé de côté pour retrouver sa fille.

À nouveau, Franck Thilliez prouve son talent magistral pour les histoires déroutantes, addictives et diaboliques. Comme à chaque fois, il sème des indices tout au long de son récit et perd ses lecteurs dans les limbes de la noirceur de l’âme humaine et ses perversions… jusqu’à ce terrible dénouement, véritable acmé du roman.

S’il s’agit d’un livre qui permet une lecture à plusieurs niveaux, c’est également, je pense, l’un des romans les plus aboutis de Franck Thilliez. La mise en abime est incroyable : l’auteur joue avec les limites floues entre la réalité et la fiction.

On ne ressort jamais vraiment indemne d’un roman de Franck Thilliez… mais là, c’est du grand art !

Un conseil : votre expérience de lecture n’en sera que plus belle si vous avez lu « Le manuscrit achevé » auparavant.

Résumé éditeur

En 2008, Julie, dix-sept ans, disparaît en ne laissant comme trace que son vélo posé contre un arbre. Le drame agite Sagas, petite ville au cœur des montagnes, et percute de plein fouet le père de la jeune fille, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato. Ce dernier se lance alors dans une enquête aussi désespérée qu’effrénée.
Jusqu’à ce jour où ses pas le mènent à l’hôtel de la Falaise… Là, le propriétaire lui donne accès à son registre et lui propose de le consulter dans la chambre 29, au deuxième étage. Mais exténué par un mois de vaines recherches, il finit par s’endormir avant d’être brusquement réveillé en pleine nuit par des impacts sourds contre sa fenêtre…
Dehors, il pleut des oiseaux morts. Et cette scène a d’autant moins de sens que Gabriel se trouve à présent au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en réalité en 2020 et que ça fait plus de douze ans que sa fille a disparu…

Extrait

« La partie des Carpates polonaises vers laquelle il s’orientait était réputée pour ses nombreuses agences de chasse qui prenaient l’ensemble du séjour en charge. Pour quelques milliers d’euros, de riches étrangers, adeptes de la gâchette, venaient s’offrir le grand frisson : une escapade hors normes, avec l’autorisation du gouvernement de rapporter la peau et le crâne de l’animal en guise de trophée. Un tourisme sanglant qui permettait à cette région, une des plus pauvres du pays, de survivre. »

Retrouvez-moi sur les réseaux
%d blogueurs aiment cette page :