L’autre Rimbaud, David Le Bailly. Éditions L’iconoclaste, août 2020, 304 pages.

L’autre, c’est Frédéric, le frère aîné. L’autre, c’est celui qui a été évincé de la photo si célèbre d’Arthur Rimbaud. Celui que sa famille considère comme un raté, comme un caillou dans une chaussure, un grain de riz coincé entre les dents… Frédéric, c’est celui qui ternit l’image lisse et parfaite de la famille Rimbaud. Enfin, l’image que la mère et la fille veulent donner.

Pourtant, Frédéric, c’est le seul des enfants de la veuve Rimbaud qui osera défier « la mère ». Il lui fait face, lui tient tête, encore et encore. Pour seule réponse, il se verra banni de la famille, purement et simplement.

On dit de Frédéric que c’est un raté. Mais moi, je pense qu’il faut avoir les épaules sacrément solides pour ne pas rompre face à tout ce qu’il a enduré. Je l’ai trouvé intensément humain et incroyablement beau. L’autre Rimbaud, c’est l’histoire d’un homme qui a été brimé et malmené toute sa vie. Aussi bien physiquement que psychiquement. C’est un homme brisé et un homme oublié. Alors que les descendants de Frédéric connaissent tous Arthur, aucun d’entre eux ne semble connaître Frédéric. À l’image de ce portrait tronqué d’Arthur Rimbaud, Frédéric a été effacé des mémoires de ses descendants et relégué au rang d’invisible, dans celles des spécialistes de Rimbaud.

Heureusement, donc, que David Le Bailly nous en parle, de ce frère oublié. Alors, oui, évidemment, il s’agit d’une biographie romancée. Cependant, l’honnêteté de l’auteur, quant aux difficultés rencontrées et aux hypothèses qu’il a pu en déduire, ne fait que renforcer, à mon sens, l’intérêt de ce récit. 

Et puisque j’ai un petit côté « balance les ragots », je me suis délectée (non sans honte) des effroyables manigances de la veuve Rimbaud et de sa fille, Isabelle.

Pour finir, et pour revenir à l’autre Rimbaud (eh, eh !), j’ai beaucoup aimé en apprendre plus sur la vie et l’enfance de ce talentueux Arthur, si cher à mon cœur.

Bref, j’ai beaucoup aimé cette lecture.

Résumé éditeur

La photo est célèbre. Celle d’un premier communiant, cheveux ramenés sur le côté, regard qui défie l’objectif. Ce garçon-là s’appelle Arthur Rimbaud. Ce qu’on ignore, c’est que, sur la photo d’origine, pose à côté de lui son frère aîné, Frédéric.
Cet autre Rimbaud a été volontairement rayé de l’image, comme il a été oublié par les plus grands spécialistes du poète. Pourtant, les deux frères furent d’abord fusionnels, compagnons d’ennui dans leurs Ardennes natales, auprès d’une mère acariâtre abandonnée par son mari. Puis leurs chemins se sont séparés. L’un a été élevé au rang de génie, tandis que l’autre, conducteur de calèche vu comme un raté, fut ostracisé par sa famille, gommé de la correspondance d’Arthur et dépossédé des droits sur son oeuvre.

Alors qu’on croyait tout savoir de la famille Rimbaud, il restait donc ce secret, que David Le Bailly nous dévoile dans un livre unique, jonglant entre enquête et roman.

Extrait

« Frédéric ignorait qui était ce Verlaine. Mais dans cette invitation, il vit la confirmation de ce qu’il pressentait depuis toujours: son frère était de ces êtres à part voués à connaître un destin exceptionnel. »

•••

« L’histoire de cette photo est édifiante. Elle m’a aidé à comprendre pourquoi, depuis plusieurs mois, je tournais autour de Frédéric Rimbaud, personnage ignoré des biographes et autres exégètes du poète. »

Retrouvez-moi sur les réseaux
%d blogueurs aiment cette page :