Sexy summer, Mathilde Alet. Éditions Flammarion, août 2020, 192 pages.

Juliette, jeune adolescente d’une quinzaine d’année, souffre d’une électro-hypersensibilité. À son âge, quelle poisse ! Alors, pour l’épargner et lui rendre une vie plus douce, ses parents décident de quitter l’effervescente Bruxelles pour la campagne belge. Une campagne au cœur d’une zone blanche.

Si vous pensez lire un roman qui traite de l’hypersensibilité aux ondes, passez votre chemin ! Parce qu’il ne s’agit que d’un prétexte de la part de l’auteure pour parler des affres de l’adolescence, de l’amitié et des amours naissants. Juliette quitte la capitale et, avec ce départ, l’espoir d’une vie exaltante et d’une jeunesse riche en événements incroyables. Que pourrait-il bien lui arriver d’excitant à la campagne ? Loin des villes, rien n’existe vraiment, non ?

Dans un décor à la fois étrange et énigmatique, Mathilde Alet dresse le portrait d’une bande de jeunes qui évolue en marge de leur société puisque non connectés. Pourtant, leur quotidien ressemble à tous les autres adolescents : on se rencontre, on se plait, on se craint, on s’engueule, on s’aime, on se tait, on se retrouve… et ainsi de suite.

Sexy summer est un roman d’apprentissage, une fenêtre ouverte dans la vie de Juliette, le temps de quelques mois. Loin des ondes, elle redevient une jeune femme comme les autres, en proie à ses questionnements, à ses envies et à ses doutes.

L’écriture est très douce et des mots de l’auteure se dégage une sensation d’étrangeté. Mais une étrangeté pleine de charme, une de celles dont que l’on veut goûter un peu plus longtemps, pour mieux l’apprivoiser. Avec son talent de conteuse, Mathilde Alet emmène ses lecteurs dans un monde décalé, à la frontière du réel, presque… et c’est délicieux.

Résumé éditeur

Juliette souffre de la « maladie des ondes ». Raison de son déménagement au coeur d’une zone blanche de Belgique. Fille de la ville, que va-t-il lui arriver dans ces paysages plats et mornes où la violence couve autant que l’humanité ?

Alors que ses parents pensent l’avoir protégée du plus grave, Juliette se cherche et grandit dans son monde, flottant, entre ombre et lumière, auprès de Tom, le garçon à la peau de litchi, et au gré des joies et des embûches que la vie place sous ses pieds.

L’étrangeté des campagnes belges forme le décor de ce roman âpre, l’histoire d’une jeune fille dont les rêves enfantins se heurtent à la difficulté de grandir.

Citations

« Elle n’a pas vraiment peur, de quoi aurait-elle peur ? Des chiens de garde assoupis, des curieux mal planqués, du mouvement d’un voilage ? Ce ne sont pas les inconnus qui l’effraient, ce sont ceux qui savent. Ici en un sens elle est sauve. Personne ne connait le poids de l’amour dans son ventre. »

•••

« Mais Juliette sait : la vérité, c’est que la mort se loge à l’intérieur des corps. Elle se tient tranquille un temps et puis surgit n’importe quand, à son bon vouloir, avec ou sans préavis. Ça peut prendre quelques jours ou des décennies. »

Retrouvez-moi sur les réseaux
%d blogueurs aiment cette page :