« On ne naît pas infirmière », Charline.

« On ne naît pas infirmière », Charline.

On ne nait pas infirmière, Charline. Éditions Autrement, 288 pages, 25 septembre 2019.

 

Charline ne le sait pas, mais elle et moi, on a une relation particulière depuis plusieurs années. Enfin, c’est surtout moi, qui ait une relation particulière avec elle. Parce que, comme je vous le laissais entendre plus haut : Charline, elle ne me connaît pas !

 

Bref, la première fois que j’ai lu Charline, j’étais en début de 2e année infirmière. Nous étions en octobre 2017 et j’étais pleine de doutes. Prête à imploser et à tout laisser en plan. Et puis, Charline, avec ses mots, elle a su me conforter dans l’idée que, « MAIS OUI, PUTAIN ! JE VEUX ÊTRE INFIRMIÈRE ! ». Je veux écouter, entendre, toucher des mains, laver, soulever, panser, bander, piquer … je voulais la porter, cette blouse blanche. Je voulais mon nom dessus, avec l’inscription « infirmière » en dessous.

 

Aujourd’hui, nous sommes en novembre 2019. J’ai eu mon diplôme il y a quelques mois. J’ai pensé à Charline ce jour-là. Et puis à sa façon de voir le soin. Charline, c’est la soignante que je veux être. Voilà. Je ne l’ai jamais rencontrée, et pourtant, je sais que nous partageons les mêmes valeurs, les mêmes notions de prise en soin, de respect et de dignité.

Je le savais avant même de lire son second livre. C’était une évidence. Et puis, je l’ai ouvert et j’ai lu.

(suite…)

« Demain j’étais folle », Arnhild Lauveng

« Demain j’étais folle », Arnhild Lauveng

Demain, j’étais folle, Arnhild Lauveng. 1ère édition, 15 janvier 2014, Éditions Autrement.

 

Il y a deux ans, je suis allée 10 semaines sur un lieu de stage qui a changé ma vision des pathologies psychiatriques à tout jamais : un hôpital de jour psychiatrique. Lors de ce stage, une patiente m’a prêté ce témoignage, aussi bouleversant qu’incroyable. L’autrice a cela de particulier qu’elle est aujourd’hui considérée comme « guérie » de ce trouble psychiatrique. Pourquoi ? Comment ? Personne n’a les réponses, pas même elle. Toujours est-il qu’aujourd’hui, elle est psychologue et parle de son expérience dans de nombreuses conférences.

Dans ce récit autobiographique, Arnhild Lauveng nous parle de ses années de schizophrénie. Alors, oui ! Je sais ! On ne guérit pas de la schizophrénie. Néanmoins … le parcours de cette femme est pour le moins atypique et hors du commun. Au fil des pages, l’auteure nous raconte sa schizophrénie. Les hallucinations et la paranoïa sont choses quotidiennes chez la jeune Arnhild. Son hallucination récurrente ? Un capitaine.

(suite…)