Gog Magog, Patrícia Melo. Éditions Actes Sud, mai 2021, 160 pages.

Toc. Toctoc. Talon et pointe. Rires sonores et tonitruants. Échanges tapageurs à n’importe quel heure du jour et de la nuit… Décidément, ce prof de biologie logeant dans un immeuble de São Paulo n’en peut plus. La faute à son voisin du dessus, Ygor. Avec un y en plus ! M. Ípsilon, comme il l’appelle. Bref, il fait trop de bruit, celui-là. Et le prof en a sa claque. Un rien l’énerve. Qu’Ygor vive, c’est déjà insupportable pour lui.

Alors, le prof va le voir et, forcément, l’hostilité entre les deux hommes monte d’un cran. Et d’un autre. Puis encore d’un autre. C’est l’escalade. Jusqu’à l’acmé : le prof tue Ygor.

Alors, ce n’est plus simplement l’histoire de deux hommes qui se détestent, mais l’histoire d’un homme qui a disjoncté et pour qui la vie vient de prendre un tournant radical. Le prof se retrouve en prison, dans l’attente de son jugement. Puis au tribunal. Son avocat choisit de plaider un forme rare d’épilepsie causée par les bruits incessants de son voisin, ayant elle-même entraîné un épisode de folie meurtrière, pour ainsi dire. Penser qu’Ygor soit devenu le mauvais objet responsable de tous ses malheurs ? N’y pensez pas une seule seconde pauvres fous ! Ça reviendrait à dire qu’être prof, c’est difficile, quand même. Que c’est éreintant, stressant, angoissant, déstabilisant et… déprimant ! Un peu de sérieux, voyons !

Dans ce petit roman (160 pages), c’est avant tout un portrait incisif de la société brésilienne, que nous livre Patrícia Melo. L’auteure dresse le terrible constat d’un pays à la dérive, dans lequel toutes les institutions tentent – tant bien que mal – de survivre, tout en mettant à mal tous ceux qui y travaillent. Éducation, santé, système carcéral, justice (et tutti quanti). Tout y passe. C’est à la fois délicieusement loufoque et complètement pitoyable.

Pourtant, à la fin de ma lecture, une question subsiste : L’auteure dresse-t-elle le portrait d’un pays à la dérive, ou ce roman met-il en abyme les conséquences d’un délitement grandissant des fondements de nos sociétés au niveau mondial ?

Un roman acide, un brin déjanté, mais qui pose de réelles question sociétales ! Tout ce que j’aime.

Résumé éditeur

Dans un immeuble de São Paulo, un professeur de biologie souffre des nuisances sonores provoquées par Ygor, son voisin du dessus. L’ énervement vire à l’obsession et tout l’insupporte : la musique, le téléphone, les voix, les grincements du sommier ; la vie, quoi…
Les tentatives pour régler le problème ne font qu’accroître l’animosité entre les deux hommes. Avec la haine, irréversible, vient la volonté de vengeance. Profitant de l’absence annoncée du voisin, le prof se rend dans son appartement où il est surpris par ce dernier, rentré à l’improviste. Tout s’enchaîne alors dans un déroulé confondant de naturel et… de violence. Au tribunal, l’avocat plaidera une forme rare d’épilepsie induite par le bruit, qui aurait entraîné des troubles mentaux.
À l’image de Gog et Magog, païens en terre damnée du livre d’Ézéchiel, voilà des êtres pitoyables qui s’affrontent, en qui semble se rejouer le combat diabolique et cosmologique du bien et du mal.

Éducation nationale, hôpitaux, système carcéral, corruption, racisme : en quelques chapitres savoureux, Patrícia Melo se livre à un état des lieux cuisant de la société brésilienne et à une dénonciation féroce de la faillite de l’État.

Extraits

« Le problème des femmes brésiliennes, disait-il, c’est qu’une grande partie de la population masculine du pays est incarcérée. Dans très peu de temps, si la situation continue de progresser à ce rythme, nous aurons plus d’hommes en prison qu’en liberté au Brésil. Comment les Brésiliennes vont-elles faire ? Ce que Rúbia, très maligne, est déjà en train de faire : apprendre à nous aimer. S’éprendre d’un homme honnête, disait-il, va être un truc de femme perverse»

•••

« Je crois préférable d’écouter que de parler. Celui qui parle balise. Et celui qui écoute anticipe. »

Retrouvez-moi sur les réseaux
%d blogueurs aiment cette page :