La dame blanche, Quentin Zuttion. Éditions Le Lombard, janvier 2022, 208 pages.

Infirmière en EHPAD, Estelle accompagne chacun des résidents du mieux qu’elle le peut, jusque dans leur dernier souffle. Elle écoute, console, embrasse, lave, nettoie, nourrit, change, apaise, accompagne… bref, Estelle prend soin. Elle prend soin de ces âmes fragiles, celles qui se perdent après avoir s’envoler tous leurs repères et celles dont le corps n’a plus la force de les porter. Dévouée et passionnée, elle panse du mieux qu’elle peut, sans jugement.

Elle en a connu, des résidents, au fil des ans. Arrachés à leurs habitudes et leurs repères pour venir finir leurs jours aux « Coquelicots ». À force, ils prennent une place particulière dans son cœur. Elle les aime, comme ils sont. Alors, quand ils partent, Estelle pleure, parfois ; et garde, toujours, un petit souvenir de leur passage dans sa vie. Une bague, un bouton de manchette, une broche, peu importe, tant qu’il ne s’effrite pas. Tant qu’on peut s’y accrocher. Les objets, ça ne meurt pas.

À tisser des liens forts et intimes, Estelle gonfle sa vie, la rend plus intense, plus vivante. Mais à trop s’investir, ne risque-t-elle pas d’y laisser des plumes ?

Dans cet album absolument remarquable, Quentin Zuttion retrace avec une immense justesse ce qui fait le sel de ma profession. Loin des horreurs que l’on peut entendre sur la façon dont les personnes âgées sont prises en charge en Ehpad. On soigne, on s’implique, on aime et on y perd des plumes. Forcément. Parce qu’on est humain. Parce qu’on accompagne l’autre jusque dans son dernier souffle.

Grâce à son talent de dessinateur, Quentin Zuttion dépeint à la perfection les relations et sentiments qui se jouent derrière les murs de ces bâtiments jugés comme des mouroirs. Il y a la mort. Mais il y a aussi la vie, toujours, qui virevolte. Qui attend qu’on la fasse danser ou qu’on l’envoie valser, à l’envi.
Je suis infirmière en EHPAD. Et j’en suis fière. Estelle, c’est moi. Merci, Quentin, pour cet hommage incroyable.

Résumé éditeur

Infirmière à la maison de retraite « Les Coquelicots », Estelle jongle entre les soins, les parties de cartes et les morts solitaires. Mais comment faire face aux derniers sommeils et aux rêves inachevés ? En tissant des liens forts et intimes avec ses résidents, la jeune femme pourrait perdre pied et prendre goût à une liberté dangereuse…

Retrouvez-moi sur les réseaux
%d blogueurs aiment cette page :